Rechercher
  • Alida Ines SOUBEIGA

Du conventionnel à la production « bio » : l’expérience de l’association la Saisonnière au Burkina


Pour accroitre leurs productions, certains maraîchers au Burkina Faso font usage des produits chimiques. Cependant, ils ignorent les effets néfastes de ces produits chimiques. Certains, par expérience des effets néfastes de ces produits se sont convertis dans la production « bio » : c’est l’exemple de l’association la « saisonnière ».




Situé en pleine capitale de Ouagadougou au quartier Bendogo, le jardin maraicher de l’association La Saisionnière forge l’admiration par la diversité et la qualité de ses produits : salade, choux, concombre, persil, piment, carrote, offrent un aspect agréable à voir. Les ouagalais y affluent pour faire des provisions. Le secrét de la Saisonnière est que ses produits sont bio.

C’est que de plus en plus, les ouagalais préfèrent les produits bio et La Saisonnière en a fait son cheval de batail. Créée en 2006, l’association la « saisonnière » intervient dans le domaine de la maraichaiculture et de l’alphabétisation. Elle a pour ambition de lutte contre la vunerabilité de la femme, de la jeune fille et des jeunes en général

Madame SEDOGO/ Salamata Zaoundi,

présidente de l’association la saisonnière



Mauvaise expérience avec les produits conventionnels


« En 2010, La saisonnière a reçu de la part d’une organisation, une grande quantité de produits chimiques pour la maraichaiculture. Ce don a été suivi d’une formation pour l’usage de ces produits chimiques. L’usage de cette grande quantité de produits sur notre espace à détruit le sol à tel point qu’aucune plante ne pouvait pousser à cause des résidus de pesticides et d’engrais chimiques », a confié Madame Sédogo Salamata, présidente de l’association la saisionnière. Professeur des lycées et collèges à la retraite, Mme Sédogo, ajoute que « les aliments issus de la récolte du conventionnel ne tardaient pas à pourir. C’était pratiquement impossible de les concerver et cela constituait une perte pour l’association », rencherit la présidente.Pour elle, les produits chimiques sont à supprimer quand on veut vivre en bonne santé .



Matériel de produits chimiques jeté à la poubelle par la Saisonnière



Reconversion en producteurs « bio »

Après la mauvaise expérience de l’usage des pesticides, la saisonnière s’est reconvertie dans la production biologique. Madame Sédogo affirme que : « lorsque notre sol s’est degradé, moi-même je me suis mise à sensibiliser et à former les femmes sur le compostage car professeur des lycées et collèges en sciences naturelles à la retraite , je ne suis pas ignorante en la matière ». Elle a souligné que des formations approfondies par des services compétents leur ont été données. Ainsi, La Saisonnière s’est completement tournée vers la production bio et depuis lors, son jardin ne désemplit pas de clients. Elle multiplie les initiatives afin d’accroitre sa production pour ainsi satisfaire sa clientèle. Elle conduit un projet de formation des maraichers autour de Ouagadougou en production « bio » . L’association a de ce fait initié un centre où elle fait la promotion de la culture hors-sol ( sur les tables), une autre expérience que la Saisonnière compte bien partager avec les maraichers en vue de contribuer à lutter contre l’insécurité alimentaire et pour la préservation de la santé des populations.

Alida Inès SOUBEIGA

5 vues0 commentaire